Visiter Hong Kong à bord d’un bus touristique

Que faire à Hong Kong en 24 heures environ ? Cela vaut-il la peine de s’arrêter pour visiter la ville même avec peu de temps ? Voici comment nous avons fait.

Nous sommes arrivés à Hong Kong par un vol en provenance de Brisbane, c’était notre retour au pays après notre long voyage en Australie. La raison de notre visite si courte était une longue escale imposée par un changement de vol de compagnie aérienne.

Nous préférons généralement ne pas visiter les grandes villes aussi rapidement, mais cette métropole asiatique nous a intrigué depuis longtemps, si bien que dès notre débarquement à l’aéroport international dans la soirée du 2 janvier, nous avons immédiatement pris un taxi pour l’île de Hong Kong et Macao, où nous avions choisi de rester une nuit. Le lendemain, nous avons passé toute la journée à visiter l’île de Hong Kong et Macao, puis à minuit, nous avons effectué un vol intercontinental de 13 heures qui nous a ramenés à Milan.

Comment se déplacer à Hong Kong si on a peu de temps

La ville s’étend entre le continent et les différentes îles de la baie, dont les principales sont Lantau où se trouve le nouvel aéroport international, et l’île de Hong Kong, centre d’activités commerciales et d’attractions majeures également historiques de la ville. Sur le continent – relié par un tunnel d’autoroute – les quartiers intéressants à visiter sont Kowloon et Tsim Sha Tsui.

Dans un tel contexte articulé et avec une seule journée à notre disposition, nous avons donc choisi d’alterner quelques courtes promenades avec un big bus touristique “hop-on hop-off”.

Pourquoi choisir un bus panoramique pour visiter une ville ?

C’est une façon de voir une ville et le big market que j’adopte de plus en plus – nous l’avons fait par exemple à Madrid, avec un bateau à Amsterdam, et aussi à Copenhague – essentiellement pour ces raisons:

  • vous pouvez monter et descendre comme vous le souhaitez pendant toute la durée de validité du billet, qui peut être d’un ou plusieurs jours;
  • à bord il y a toujours un audioguide avec des écouteurs qui vous permet de savoir quelque chose de plus que ce que vous voyez, également en langue italienne ;
  • vous permet d’avoir une vue de la ville d’un point de vue plus élevé, car les bus sont généralement à plusieurs étages ;
  • vous pouvez vous reposer si vous êtes fatigué ou vous abriter aussi longtemps que vous le souhaitez s’il fait froid ou s’il pleut
  • À Hong Kong, nous avons choisi le BigBus Tour bien organisé, qui propose 3 itinéraires différents, deux se déroulent sur l’île de Hong Kong (itinéraire rouge et vert) et l’autre (l’itinéraire bleu) prend un itinéraire à Kowloon, au-delà du port Victoria.

Quel itinéraire choisir parmi les excursions du BigBus ?

Les “attractions” suivantes étaient particulièrement intéressantes : la montée à Victoria Peak avec le Peak Tram, le temple de Man Mo et la visite du quartier financier de la ville avec ses impressionnants gratte-ciel surplombant la baie. L’itinéraire qui nous convenait le mieux était le Rouge.
Quel billet acheter ?
Si vous achetez le billet en ligne à l’avance sur le site du BigBus Tour, le coût est inférieur de 10 % à celui de l’achat avant de monter dans la voiture, et vous pouvez monter à n’importe quel arrêt. Sinon, vous devez vous rendre à l’arrêt Ferry Pier 1 à Central pour l’acheter avant de commencer votre voyage.
Classic Ticket (celui que nous avons fait) : 1 jour 61 USD, comprend un billet aller-retour pour le Peak Tram et un voyage sur le Star Ferry traversant le port de Victoria.
Premium Ticket : valable 2 jours et comprend, en plus de ce qui est inclus dans le billet classique, une promenade en sampan (l’ancien bateau traditionnel) dans la baie, au prix de 71 USD par adulte.
Deluxe Ticket : valable 2 jours et comprend également l’entrée au pont d’observation du Sky100 du gratte-ciel ICC et un trajet en bus de nuit.

Quels sont les principaux points d’intérêt ?

Golden Bauhinia Square : la place qui abrite le bâtiment du Centre des congrès de Hong Kong et la statue dorée du même nom, symbole de la ville, donnée par le gouvernement chinois à l’occasion du retour de la ville sous sa souveraineté en 1997. C’est ici qu’a eu lieu la cérémonie officielle du transfert de la domination britannique à la République populaire de Chine. Nous ne sommes pas descendus à cet arrêt, mais le bus a fait un long arrêt pour vous permettre de descendre et de prendre votre photo, comme le font tous les Chinois.
Le Victoria Peak – le plus haut sommet de Hong Kong avec ses 550 mètres – n’est pas seulement une terrasse panoramique avec des magasins et des restaurants, c’est surtout un lieu historique, c’est ici que depuis la fin du 19ème siècle les riches habitants ont commencé à s’installer pour échapper à la chaleur de la ville, c’est un espace vert et élégant.
Parce que c’est l’attraction la plus visitée de la ville, je me suis demandé si ça valait la peine de monter ici, car j’ai imaginé la ligne et la foule. La réponse à mon avis est : oui ! à une condition cependant : que vous ayez la chance d’avoir une journée claire et ensoleillée comme la nôtre (23 degrés en janvier), car avec le brouillard ou les nuages la vue n’est pas au rendez-vous. Le billet de BigBus vous permet de sauter la ligne de tramway, mais il faudra quand même attendre un peu (nous, une demi-heure) car les places à bord sont vraiment limitées.
La montée avec le funiculaire ne prend que 5 minutes et c’est une expérience très amusante à faire absolument, la pente est telle – jusqu’à 27 degrés – que vous tournerez la tête et vous exclamerez : pourquoi les gratte-ciel sont-ils si inclinés !
Une fois arrivé au sommet, il y a de nombreuses attractions, à commencer par les restaurants avec vue et les boutiques de souvenirs, mais on peut aussi facilement sortir et se promener dans la verdure des environs.
Nous n’avons malheureusement réussi à déjeuner qu’avec une sorte de pizza car les restaurants de cuisine chinoise étaient tous bondés, puis nous avons pris le tram pour descendre.
Temple de l’homme Mo
Dans ce qui est dit être le plus vieux temple de la ville, construit pendant la période coloniale, les idoles des dieux de la guerre et de la littérature sont vénérées, et les gens viennent quotidiennement brûler de l’encens et invoquer des intercessions. Son emplacement, en tant qu’ancien bâtiment au pied de certains des plus hauts gratte-ciel du quartier financier moderne de la ville, est très inhabituel. Le temple Man Mo était le dernier arrêt du BigBus où nous sommes descendus. Nous avons ensuite continué à pied jusqu’à notre hôtel pour récupérer nos bagages et nous diriger vers l’aéroport. Se promener dans la ville est également une expérience à ne pas manquer, parmi les gratte-ciel hauts et très minces, et les bâtiments plus bas, les étals et les magasins qui s’insinuent dans les rues latérales.

Où dormir à Hong Kong ?

Nous avons choisi le Citadines Mercer, dans le quartier de Sheung Wan, en raison de sa situation centrale et du fait qu’il s’est avéré avoir des chambres d’une taille un peu supérieure à la moyenne.
Le logement à Hong Kong est en fait notoirement minuscule, et notre chambre qui était un studio avec canapé et kitchenette, salle de bain avec baignoire et douche, avait une taille acceptable.
Le petit déjeuner était continental et était inclus dans le prix de la chambre.