Sécurité en avion : les vieux appareils sont-ils sûrs et fiables pour voyager ?

Certaines personnes aérophobes n’admettent ou ne montrent pas leur peur en avion, mais dès qu’elles sont à bord, leur premier réflexe est de rechercher sur Google le numéro de l’appareil pour connaître sa date ainsi que son lieu de construction. On peut d’ailleurs souvent lire sur Twitter des tweets comme : “Je suis dans un avion plus vieux que moi ! #Choc #Désastre #Dégâts” ou encore “Je prie pour que cette chose ne s’effondre pas en plein vol.” Pour certains cas, la crainte est telle que les passagers en question préfèrent rester au sol. On retrouve également des messages fréquents sur les forums tels que “Je vole avec XYZ Airlines, qui les connaît ?”. Les compagnies aériennes et les agences de voyage exploitent cette crainte dans leurs argumentaires marketing en se décrivant comme  “la compagnie la plus jeune de toutes” ou en listant les offres des compagnies aériennes en fonction de l’âge de l’avion.

Des préjugés sur les vieux avions ?

Il y a une raison simple derrière ces mauvaises interprétations : beaucoup comparent souvent les avions aux voitures. Une voiture fonctionne mieux lorsqu’elle est neuve, ou du moins lorsqu’elle n’a pas plus de cinq à sept ans. À l’inverse, une épave de voiture, vieille de 20 ans, rencontrera des difficultés à rouler. Cependant, même avec les voitures, cette logique a ses défauts : un nouveau taxi peut être complètement abîmé en trois ans, et une vieille Coccinelle Volkswagen peut donner l’impression de sortir tout droit de la chaîne de montage – si son propriétaire la gardait précieusement au garage et ne l’utilisait que pour de courts trajets par exemple. C’est souvent le cas des adeptes de voitures rétro qui essuient immédiatement le moindre grain de poussière qui viendrait effleurer le capot brillant de leur voiture adorée. Naturellement, un avion est une bête de somme qui est en action tous les jours : les compagnies aériennes essaient de remplir leurs avions au maximum pour obtenir un retour sur investissement plus rapide. Mais cela signifie-t-il qu’un avion perd en sécurité et devient une épave au bout de quelques années ? Bien heureusement, ce n’est pas le cas. 

La maintenance pour allonger la durée de vie d’un avion

En aviation, la navigabilité est définie par la durée de vie restante, mesurée en années, en heures de vol et en nombre de décollages et d’atterrissages – toutes ces valeurs étant mesurées indépendamment. Par conséquent, certains avions peuvent vieillir rapidement s’ils sont utilisés fréquemment sur des trajets courts. Le terme “durée de vie” peut être appliqué à divers scénarios. Il y a la durée de vie du service de conception : il s’agit de l’espérance de vie minimale que les développeurs supposent pour un modèle d’avion particulier. En d’autres termes, une sorte de garantie – une garantie d’un an signifie que votre nouveau téléviseur ne tombera pas en panne pendant la première année. Mais bien sûr, le téléviseur devrait fonctionner normalement pendant deux, cinq ou même dix ans, sans aucun souci.

Une limitation de service supplémentaire est la durée de vie allouée jusqu’à la mise hors service de l’avion. Elle est définie lorsqu’un certain nombre de types d’avions sont introduits. Un contrôle précis de leur état après un temps donné permet d’estimer le temps de fonctionnement sans défaut déjà expiré. En général, ce temps de fonctionnement est deux à trois fois plus long que la durée de vie du service de conception. Et à l’expiration de la durée de vie assignée, l’avion ne devient pas inutilisable. Si l’avion est inspecté de manière approfondie, cette durée de vie peut être prolongée par une révision complète.

Maintenance très régulière

La période entre les révisions générales est strictement définie. Il existe des concepts pour la période dite de première révision ou le temps entre deux révisions générales. Dans certains cas, les parties de l’avion qui fonctionnent encore parfaitement bien sont remplacées par de nouvelles pour se conformer aux règles du constructeur. Le délai entre les révisions peut également être prolongé au cas par cas. Il peut sembler que les compagnies aériennes puissent tirer profit de temps de service prolongés. Mais cela ne dure pas longtemps, car il y a certaines restrictions sur la durée de vie des services. Si elles sont atteintes, elles ne peuvent pas être prolongées, même si l’avion en question est toujours en parfait état.

En outre, toutes les durées de service et les restrictions ne sont pas fixées par les compagnies aériennes elles-mêmes, mais par les autorités de surveillance des vols. Aucune compagnie aérienne ne permettrait l’accès à un avion dont la durée de vie a été dépassée. Toutes les compagnies aériennes ont des certificats de navigabilité et si ceux-ci expiraient, les pénalités seraient extrêmement élevées.

Faites confiance aux professionnels !

En outre, il n’y a pas de “vieux” avions dans l’aviation : un avion est soit prêt à l’emploi, soit non. Une fois qu’il a été mis en service, il est aussi sûr qu’un nouvel avion qui vient de sortir de l’usine. Dans le cas peu probable où vous vous méfieriez complètement des professionnels de l’aéronautique, voici une dernière conclusion logique : Vous ne pouvez pas juger complètement de l’état d’un avion vous-même, car il y a des choses que vous ne pouvez pas trouver sur Google. Ce dont vous pouvez juger est l’état de la cabine. Des housses de siège déchirées, des compartiments à bagages bancals, des plateaux mal fixés – tout cela fait d’un vol une expérience moins agréable. Mais ces lacunes n’ont rien à voir avec la sécurité des vols. Et les bonnes compagnies aériennes maintiennent également l’intérieur des avions en bon état. Curieusement, les avions dont la durée de vie est sur le point d’expirer ne sont pas aussi bien entretenus à l’intérieur, car ce n’est pas très économique. Ils sont plutôt utilisés comme avions cargos et resteront en service pendant de nombreuses années.