Les îles d’Okinawa : le paradis du sud du Japon

Okinawa est la préfecture la plus méridionale de tout le territoire national du Japon et se compose d’une soixantaine de petites îles qui se détachent dans une zone de mille kilomètres entre l’océan Pacifique et la mer de Chine orientale. Ce grand archipel, souvent appelé aussi par son ancien nom “Archipel des îles Ryukyu”, offre des stations touristiques avec de belles plages de sable blanc et de belles stations balnéaires.

Assai moins paradisiaque est cependant son histoire, qui voit ces îles protagonistes de batailles violentes et sanglantes pendant la seconde guerre mondiale. La guerre de conquête territoriale entre les troupes américaines et l’armée impériale japonaise a fait environ 100 000 victimes et détruit des villages entiers. Le Japon n’a repris le contrôle des îles qu’en 1972, mais il reste aujourd’hui plus de trente bases militaires américaines à Okinawa.

D’un point de vue géographique, les îles de l’archipel sont largement couvertes de forêts denses. Le climat subtropical de la région permet à une grande variété de plantes de pousser à Okinawa, du pin japonais typique à la cerise sakura, et même à l’ananas (le “fruit symbolique” de la préfecture). La situation extrêmement isolée de ces îles en fait également des habitats naturels parfaits pour des espèces animales rares telles que les oiseaux, les serpents et les singes. Parmi ceux-ci, on trouve sans aucun doute le pic d’Okinawa et le renard volant de Bonin, une espèce rare de chauve-souris.

Une particularité vraiment étonnante caractérise finalement Okinawa. La population des îles a une espérance de vie incroyablement longue, même par rapport à la population japonaise déjà au sommet du monde. En fait, de nombreux centenaires vivent dans l’archipel et de moins en moins de décès sont causés par des tumeurs, des crises cardiaques ou des problèmes de circulation sanguine. Bien que les chercheurs attribuent tout cela à une vie immergée dans la nature et à un régime alimentaire basé sur les fruits et légumes, la formule exacte de la longévité d’Okinawa reste inconnue pour le moment.

La préfecture d’Okinawa est par convention divisée en trois groupes d’îles principales

Les îles d’Okinawa

Foulque centrale de l’ancien royaume des Ryukyu, l’île d’Okinawa est de loin la plus grande et la plus peuplée de tout l’archipel. Elle abrite également Naha, la capitale de la préfecture, et la plupart des bases militaires et des centres de formation américains mentionnés ci-dessus. La partie centrale de l’île principale est principalement urbanisée, tandis que les parties nord et sud sont encore dominées par des forêts vierges et parsemées de petits villages de pêcheurs et d’agriculteurs. L’île d’Okinawa n’est cependant pas la seule à mériter d’être mentionnée, à environ 40 kilomètres à l’ouest se trouvent les îles Kerama.

Ce groupe de 36 petites îles a été désigné parc national en 2014 et est une destination populaire chaque année pour les touristes du monde entier. Les principales attractions des îles Kerama sont sans aucun doute les plages de sable blanc et sa mer d’un bleu cristallin, un environnement parfait pour les amateurs de plongée sous-marine, de baignade en pleine mer ou simplement pour ceux qui aiment un peu de saine détente sous le soleil. De janvier à mars, les îles sont également une excellente destination pour l’observation des baleines.

Les îles Miyako

Ce deuxième groupe d’îles est situé à environ 300 kilomètres au sud des îles d’Okinawa et est lui-même célèbre pour certaines des plus belles plages du pays. L’île principale de ce groupement (et la quatrième plus grande en taille dans toute la préfecture) est Miyakojima. Contrairement aux autres îles de la région, celle-ci n’a pas de relief et le terrain plat est couvert de forêts, de champs de canne à sucre et de quelques villes. Parmi eux, le principal est Hirara et, compte tenu du flux touristique, on y trouve des stations balnéaires de haut niveau, des clubs et des restaurants typiques. Le climat subtropical des îles Miyako garantit toute l’année un climat doux et idéal pour les activités de plage, en premier lieu la plongée dans le récif corallien. La période entre avril et novembre est particulièrement propice à une visite de ces îles, car la température y est généralement de 25 degrés environ et l’eau de mer y est agréablement chaude. La plongée libre dans cette mer permet d’admirer de nombreuses espèces de poissons colorés, mais de juin à octobre, il est également possible (bien que rare) de rencontrer certains types de méduses typiques des mers japonaises (dont la méduse Habu).

Les îles Yaeyama

Les îles Yaeyama représentent le point le plus méridional du territoire national japonais. Malgré leur position “solitaire”, elles sont habitées et, avec les îles d’Okinawa et de Miyako, elles forment la préfecture d’Okinawa.

Le succès qu’elles remportent auprès des touristes est probablement dû aussi à leur situation isolée, ainsi qu’au climat doux et aux merveilleuses plages qu’elles abritent. Pour ceux qui souhaitent échapper au chaos de la métropole, nous ne pouvons que recommander un peu de détente dans la nature de ces îles. Certains d’entre eux, par exemple Iriomote, sont complètement intacts et occupés par des forêts. D’autres, comme Taketomi, abritent de beaux villages dans le style traditionnel des Ryukyu, parfaitement conservés malgré leur ancienneté.

La plus grande île et le principal centre logistique de ce troisième et dernier groupe est sans aucun doute Ishigaki. Voici l’aéroport qui relie l’île aux principales villes japonaises et aussi le port qui la relie aux autres îles de la préfecture. La principale ville de l’île du même nom est urbanisée et vous pouvez facilement vous promener dans les marchés, les salons de thé et les magnifiques jardins.

Au centre ville, vous pouvez visiter le musée des îles Yaeyama, qui préserve les bateaux et autres objets caractéristiques de la culture locale. Il y a également deux anciens temples shintoïstes à Ishigaki : Gongen Do, qui date du 17ème siècle, et Fuzaki Kannon Do, construit en 1742 et dédié à Kannon, le dieu de la miséricorde. En vous déplaçant vers l’intérieur des terres depuis la côte, vous atteindrez un arrière-pays montagneux, riche en sentiers de randonnée et en rivières où vous pourrez faire du kayak.