Italie : visite guidée de la ville de Turin

Les touristes amateurs d’ésotérisme découvriront que visiter Turin en Italie est l’occasion de s’immerger dans l’univers de la magie noire. Ces rituels mystiques sont cachés parmi les bâtiments. Pour visiter Turin lorsque l’on est passionné d’art divinatoire, il vaut mieux se promener au quartier de la Via Alfieri. On peut y voir de nombreux symboles ésotériques. Dans la Via Lascaris, devant le bâtiment d’une banque qui abritait autrefois une loggia maçonnique, on peut voir sur le trottoir deux fentes en forme d’yeux qui servaient à éclaircir les pièces du sous-sol. La tradition identifie les deux fissures avec les yeux du diable.

Découvrez des endroits exceptionnels au cours d’une promenade au Torino Magica

Lors d’un séjour dans cette ville touristique, découvrez le temps d’une journée un bâtiment situé à la Via Lascaris, qui a été tristement célèbre pour avoir était la scène d’événements mystérieux tels que des crimes non résolus. L’une d’entre elles a eu lieu en 1790, lors d’une soirée de gala où une danseuse a été poignardée à mort. Le coupable et l’arme qui ont servi à massacrer la victime de cette tragédie ont disparu. Plus tard, au début du XIXe siècle, un soldat qui était en possession de documents secrets a pénétrer l’enceinte du bâtiment et a disparu. Ce n’est que 20 ans plus tard que ses restes ont été retrouvés dans un vide sanitaire. Avec ces deux crimes, il est facile d’imaginer les histoires de fantômes qui ont été créées autour du palais.

Le Palazzo Trucchi di Levaldigi a été construit par le ministre des Finances de la Maison de Savoie et, alors qu’il était autrefois le siège de la Manufacture royale de Tarot, il abrite aujourd’hui une institution bancaire (BNL pour être précis). La porte principale a été frappée en 1675 à Paris et est pleine de motifs floraux décoratifs au centre desquels apparaît cependant le visage du diable et de deux serpents. Il existe de nombreuses théories et légendes sur cet endroit. En fait, la porte a été installée en une nuit, alimentant ainsi des légendes telles que l’œuvre du diable.

La fontaine, riche en symbolisme, semble avoir une signification plus profonde dédiée aux initiés maçonniques. L’interprétation la plus accréditée est que la fontaine reconstruit ce qui est le chemin intérieur de l’initié vers la vraie connaissance. Il y a quatre statues représentant les quatre saisons, deux féminines (printemps et été) et deux masculines (automne et hiver). Ces derniers en particulier s’identifient aux géants Boaz et Jaquin, partisans des colonnes d’Hercule, qui représenteraient métaphoriquement le premier pas que l’initié doit faire pour achever le chemin maçonnique.

La fontaine aurait dû être construite en style gothique médiéval et placée sur la place Saint-Jean devant la cathédrale. Mais cela ne s’est pas produit, peut-être parce qu’ils ont mis trop de temps à s’en rendre compte ou à cause de ces symbologies trop poussées qui ne s’harmonisaient pas avec l’endroit.

Mais la magie Turin a aussi un chapitre consacré à la Franc-maçonnerie. En se promenant sur la place Solferino, découvrez une fontaine en bronze renfermant une décoration maçonnique. La Fontaine des Quatre Saisons a été commandée par un ministre de la Maison de Savoie, le Grand Officier Pietro Bajnotti. Ce monument décoratif avait été conçu pour commémorer ses parents décédés.

Visitez la Piazza Statuto, un lieu riche dans l’histoire ésotérique de la ville de Turin

Légèrement à l’écart de la Piazza Statuto, vous trouvez ce lieu traditionnellement identifié au Rondò della Forca. Cet endroit touristique de Turin est situé au point de rencontre entre le Corso Regina Margherita, le Corso Valdocco et le Corso Principe Eugenio. En réalité, le nom de Rondò della Forca lui a été donné en raison des exécutions qui ont eu lieu de 1835 à 1853. Ce site d’exécution a été installé sur la place San Carlo et la place Vittorio Emanuele, puisque le lieu était proche de la prison et était suffisamment grand pour accueillir un très grand nombre de spectateurs. C’était un endroit sombre, avec de longs pins qui donnaient de l’ombre, en pleine campagne. Aujourd’hui, au coin du Corso Regina Margherita, vous pouvez admirer une statue, érigée à l’endroit où se trouvait autrefois la potence, dédiée à Saint Joseph Cafasso, un prêtre qui soutenait spirituellement les prisonniers et les condamnés à mort.

La fontaine du centre, dédiée aux victimes du tunnel du Fréjus, semble représenter le sommet de la négativité. L’interprétation ésotérique et maçonnique du monument évoque la commémoration des hommes qui ont sacrifié leur vie en l’honneur de la science et de la technologie. L’ensemble du complexe n’est pas tourné vers le Fréjus, mais plutôt vers la Torino Bianca, donc vers la lumière. La figure principale de la fontaine, un ange avec une étoile à cinq branches sur le front, est souvent identifiée à Lucifer, étoile de lumière.

La place Statuto est la première étape de Torino Magica, le cœur noir de la ville et le lieu le plus négatif pour des raisons diverses et variées. Tout d’abord, cette place coïncide avec le sommet du triangle magique noir dont la ville ferait partie. Mais ce n’est pas fini. L’histoire et la légende s’entremêlent dans une interprétation sombre de ce lieu. Les anciens Romains avaient en effet placé dans cette zone de la ville la nécropole et le vallis occisorum, la potence où les criminels étaient exécutés. À cette époque, au coucher du soleil et dans l’obscurité, ces activités pourraient être les seules de disponibles. Sous l’étang de la fontaine, situé au centre de la place, se trouve la jonction centrale des égouts qui, dans l’Antiquité, était appelée “cloches” ou “bouches de l’enfer”. Tous ces éléments ajoutent des connotations négatives au lieu.

Torino Magica : Visiter Turin est ses deux zones blanches et noires

La ville de Turin explique la théorie des lignes synchrones de la communauté de Damanhur. Cette conception atteste de l’existence de flux d’énergie qui entourerait et traverserait notre planète en donnant des traits “magiques” à certaines zones. C’est le cas notamment pour Turin ou Prague. Ceux qui ne croient pas à cette version magique et mystérieuse de la ville italienne attribuent cet appellatif aux relations désastreuses entre la Curie romaine et la famille de Savoie, surtout pendant le Risorgimento, lorsque la ville a été définie comme “diabolique” pour son attitude anticléricale. Ce qualificatif négatif s’explique par exemple, à la fin du XIXe siècle. C’est à cette époque que l’association pour la crémation est née.

Selon les théories ésotériques, la Torino Magica doit être divisée en deux zones, une blanche et une noire. La partie “blanche” et positive de la ville a son cœur sur la Piazza Castello (où se trouve le linceul dans la cathédrale, la Grande Mère et la Mole Antonelliana). La zone “noire” se situe sur la Piazza Statuto, le cœur noir de Torino Magica, exactement à l’Ouest où le soleil se couche. De plus, la ville est traversée par deux rivières : la Dora, à connotation féminine, et le Pô, à connotation masculine. Ces deux rivières, qui coulent sous la ville, apporteraient des courants énergétiques opposés, les positifs d’un côté et les négatifs de l’autre. Turin est une ville italienne à connotation riche en magie. La cité coïncide avec les sommets de deux triangles ésotériques, celui de la magie blanche et celui de la magie noire.

Turin, une ville riche en symbolique divinatoire

La capitale de la province de Turin a toujours été un lieu d’intérêt pour tout ce qui concerne l’alchimie et l’art de la divination. Turin a reçu la visite de grands alchimistes tels que Nostradamus, le comte de Saint-Germain, Cagliostro et Fontanelli. C’est à Turin, en 1903, qu’est né Gustavo Adolfo Rol, l’un des voyants et médiums les plus importants et les plus controversés de l’histoire. Une plaque dans la via Silvio Pellico 31, où il a vécu la majeure partie de sa vie, nous le rappelle. La famille Savoy, elle-même a construit 5 bâtiments qui, selon l’architecture autrichienne de Mueller, forment des lignes imaginaires dessinant un pentacle. C’est la Reggia di Venaria, le château de Moncalieri, le château de Rivoli, la basilique de Superga, la réserve de chasse de Stupinigi. Ainsi, dans sa structure même, la ville de Savoie porte en elle le mystère et l’ésotérisme.

Spécifiquement, il y a aussi une visite de la Cicap, appelée Torino Misteriosa, qui, comme ils le disent eux-mêmes, “essaie dans la mesure du possible de fournir une explication et de trouver une origine historique et rationnelle aux nombreuses croyances qui circulent dans la capitale piémontaise”.

“Torino Magica”, c’est l’un des nombreux surnoms de la capitale piémontaise. Turin n’est pas seulement la ville de la Mole Antonelliana, le plus important musée du cinéma en Italie et l’un des musées égyptiens les plus appréciés dans le monde. Turin est également la ville la plus ésotérique d’Italie. Elle semble faire partie du triangle de la magie blanche, avec les villes de Prague et de Lyon, et de la magie noire avec Londres et San Francisco. Cette particularité fait de la ville du nord d’Italie, l’arrière-plan de la rencontre et du choc perpétuel entre les forces positives et négatives. De nombreux touristes et turinois n’ont pas le même avis.